Nos publications

Le projet de GNL Québec et de Gazoduq, un seul et même projet
29 Novembre 2018 à 11:00
Le projet de GNL Québec et de Gazoduq, un seul et même projet

Alma, 29 novembre  2018 – Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CREDD), EURÊKO!, l’Organisme de bassin versant du Saguenay, le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix et la Coalition Fjord s’inquiètent du morcellement du projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel à La Baie. D’un côté, il y a l’usine dont le promoteur est GNL Québec et de l’autre, le pipeline qui est sous la responsabilité de la nouvelle entreprise Gazoduq. Pour les organismes et regroupements portant des préoccupations environnementales et sociales, il ne s’agit donc pas de deux projets distincts, mais bien d’un seul qu’on aurait morcelé.

 

Bien que les entreprises GNL Québec et Gazoduq soient financées par les mêmes investisseurs américains, les deux « projets » sont considérés comme ayant des promoteurs différents. Ils auront donc des études d’impacts environnementales distinctes, ce qui va forcer l’analyse séparée de ces deux composantes. Monsieur Tommy Tremblay, directeur du CREDD, se questionne sur la pertinence de cette scission. « Pour bien évaluer tous les impacts d’un projet, il est très important de l’analyser dans son ensemble, surtout que les deux éléments sont interdépendants : le pipeline est nécessaire au développement de l’usine, et sans usine, il perd son utilité. »

 

D’ailleurs, à plusieurs reprises le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a estimé dans ses rapports que la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement devrait être révisée pour s’assurer que de tels projets morcelés soient évalués de façon simultanée. Encore tout récemment, il en a été question dans le rapport de la commission sur le projet de Métaux Blackrock.

 

Le CREDD, EURÊKO!, l’Organisme de bassin versant du Saguenay, le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix et la Coalition Fjord demandent qu’une analyse complète soit effectuée par le BAPE. Les organismes ne veulent donc pas que deux mandats soient octroyés au BAPE, mais plutôt un seul qui englobe l’ensemble du projet.

 

Une lettre aux ministres de l’Environnement du Québec et du Canada sera envoyée afin de les informer de cette demande.