Nos publications

Inquiétudes face au plan spécial de récolte de bois au sud du lac Kénogami
25 Février 2019
Inquiétudes face au plan spécial de récolte de bois au sud du lac Kénogami

Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CREDD), l’Association pour la protection du lac Kénogami (APLK), l’Organisme de bassin versant du Saguenay (OBV Saguenay), le Comité de bassin du lac Kénogami et des rivières Chicoutimi et Aux Sables (CBLK) et EURÊKO! se préoccupent des conséquences du plan spécial de récolte de bois annoncé au sud du lac Kénogami, considérant que ce secteur est toujours à l’étude au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) pour être reconnu comme aire protégée.

Rappelons qu’en 2011, la Table régionale d’analyse de carence en aires protégées (TRACA) a été mise en place par la Conférence régionale des élus (CRÉ) du Saguenay-Lac-Saint-Jean afin d’étudier des scénarios de nouvelles aires protégées en tenant compte des carences écologiques ainsi que des contraintes économiques, dans le but de proposer le meilleur scénario possible. En 2014, suite à plusieurs rencontres et démarches de consultations publiques, un scénario optimal a été retenu. Cette proposition a d’ailleurs fait l’objet d’un consensus au sein de la TRACA, laquelle était formée de plusieurs parties prenantes ayant des intérêts variés : Entreprises forestières, CRÉ, groupes environnementaux, MRC, ministères, industrie touristique, etc.

Parmi les propositions d’aires protégées, le territoire situé au sud du lac Kénogami avait été ciblé par la TRACA, principalement à cause de son potentiel récréotouristique et de conservation. De plus, ce territoire est représentatif des écosystèmes de la région naturelle, laquelle présente une grande carence en aires protégées. Cinq ans plus tard, le gouvernement du Québec n’a toujours pas pris de décision.

Dernièrement, le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) a d’ailleurs annoncé un plan spécial de récupération de bois, visant la récolte de bois dans les peuplements affectés par la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) au sud du lac Kénogami. Cette situation est préoccupante puisque des interventions forestières risquent de compromettre l’intégrité de cet écosystème et nuire à sa reconnaissance en tant qu’aire protégée.

Ainsi, étant donné que la proposition d’aire protégée au sud du lac Kénogami a déjà fait consensus au sein de la TRACA, le CREDD, l’APLK, l’OBV Saguenay, le CBLK et EURÊKO! est d’avis que l’intégrité des écosystèmes sur ces territoires doit être maintenue jusqu’à ce qu’une décision gouvernementale soit prise.