Nos publications

TROP COURTE PÉRIODE DE CONSULTATION PUBLIQUE POUR LE PROJET DE GNL QUÉBEC PAR L’AGENCE CANADIENNE D’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE
3 Juin 2019
TROP COURTE PÉRIODE DE CONSULTATION PUBLIQUE POUR LE PROJET DE GNL QUÉBEC PAR L’AGENCE CANADIENNE D’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE

Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable (CREDD), l’Organisme de bassin versant du Saguenay, le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix, la Coalition Fjord et Eurêko s’unissent pour demander un prolongement de la période de consultation publique sur les effets environnementaux potentiels du projet de GNL Québec.

Le 17 mai dernier, l’Agence canadienne d’évaluation environnementale a confirmé que l’étude d’impact produite par GNL Québec avait été jugée complète et a invité le public à présenter des commentaires jusqu’au 17 juin 2019 sur les effets environnementaux potentiels du projet. Les citoyens et les organismes intéressés ont seulement 30 jours pour prendre connaissance d’une étude et des documents annexes comprenant plus de 5000 pages et émettre leur opinion sur le sujet. Des organismes de la région, signataires de ce communiqué, trouvent cet échéancier beaucoup trop court pour réaliser un travail efficace et rigoureux. Ce projet d’une ampleur incomparable aura des impacts inévitables sur l’environnement et commande une approche adaptée en matière de consultation. La formule actuelle de « portes ouvertes » d’une durée de 5 heures le 11 juin prochain n’est pas tout à fait adaptée au projet en évaluation.

Les organismes soulignent également le manque de cohésion entre les processus fédéral et provincial en matière d’évaluation environnementale du projet. Les deux processus semblent se tenir complètement en parallèle l’un de l’autre. Pourtant, il existe une entente de collaboration Canada-Québec en matière d’évaluation environnementale qui vise à favoriser la coopération et la coordination entre les parties. Une évaluation environnementale coopérative pour ce projet aurait été énormément souhaitable. C’est ce qui avait été fait, notamment, pour le projet de Régularisation des crues du bassin versant du lac Kénogami au début des années 2000 et cela avait permis un processus efficace et clair pour l’ensemble des parties prenantes.

Pour toutes ces raisons, les organismes de la région demandent que cette consultation fédérale soit prolongée et qu’elle se tienne simultanément avec celle du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) à l’automne prochain. De cette manière, les citoyens et organismes auront le temps de prendre connaissance de l’étude d’impact et de formuler des commentaires éclairés.

Photo : L'étude d'impact en question.