Nos milieux humides et hydriques

Fill 1

Savez-vous que protéger les milieux humides et hydriques (MHH) coûte cinq fois moins cher que de compenser la perte des avantages qu’ils fournissent gratuitement ? Les MHH, dans toute leur diversité, sont les moyens les plus efficaces et les moins coûteux pour nettoyer nos eaux, endiguer les inondations et à lutter contre le déclin de la biodiversité et les changements climatiques.[1]

Depuis 2017, la Loi québécoise sur la conservation des milieux humides et hydriques reconnaît l’importance de préserver les services offerts par ces milieux. Cette loi exige que la destruction des MHH soit compensée financièrement, et que les fonds ainsi collectés financent des projets de restauration et de création de milieux humides.

Photo : Lac-à-la-Croix, 2023

Les milieux humides : de précieuses richesses naturelles

Les données les plus récentes indiquent qu’il y a un peu plus de 13 000 km2 de milieux humides dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean (SLSJ). La valeur des services rendus par les milieux humides du SLSJ est estimée à plus de 10 milliards de dollars par an. Cette estimation se base uniquement sur trois des services écologiques fondamentaux fournis par ces milieux naturels : l’habitat de qualité, la régulation des débits, la filtration des sédiments. Ces derniers jouent un rôle majeur dans la préservation de la biodiversité!

En effet, les MHH fournissent des habitats de qualité pour une grande biodiversité de plantes, d’animaux et de micro-organismes, contribuant ainsi à la biodiversité globale. Plus de 400 espèces végétales vivent uniquement dans de milieux humides dont le ¼ au Québec est menacé d’extinction.

Ces écosystèmes contribuent à la régulation des débits, en emmagasinant l’eau pendant les périodes de crues, pour la libérer lentement pendant les périodes de sécheresse. Cette capacité de stockage et de libération progressive de l’eau contribue à prévenir les inondations et à maintenir un écoulement régulier des cours d’eau.

Les sols et les plantes des milieux humides travaillent ensemble pour améliorer la qualité de l’eau en filtrant les contaminants présents dans les sédiments, prévenant ainsi leur infiltration dans la nappe phréatique.

Les MHH participent à la régulation du climat. Les lacs absorbent puis relâchent la chaleur pour atténuer les effets du changement climatique. Les tourbières et les marais, quant à eux, stockent de grandes quantités de carbone, aidant ainsi à réduire la quantité de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère. En préservant les MHH, nous contribuons à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la conservation de ces réservoirs de carbone.

À superficie égale, les tourbières captent 7 fois plus de gaz à effet de serre qu’une forêt

En plus de ces services écosystémiques, les MHH ont une valeur culturelle et spirituelle, jouant un rôle dans les traditions locales en plus d’être des destinations privilégiées pour des activités récréatives telles que la pêche, la natation et la navigation de plaisance, contribuant au tourisme local.

En préservant ces écosystèmes, on renforce la résilience des régions face aux phénomènes météorologiques extrêmes tout en favorisant un environnement plus durable.

Vers une gestion responsable  

Autrefois, les milieux humides et hydriques (MHH) étaient considérés comme un frein au développement. On les drainait, on les asséchait dans le but de gagner des terres exploitables. Mais, ces interventions étaient menées sans une vision des impacts à long terme. Aujourd’hui, on sait que les MHH font partis des écosystèmes les plus productifs de la planète. Leur protection et restauration sont devenues une priorité pour tous. Gouvernements, organisations environnementales, entreprises et communautés locales collaborent pour préserver ces écosystèmes précieux. Cette approche collective permet de préserver les services écosystémiques que nous rendent les MHH, c’est-à-dire des bénéfices offerts à tous, comme la purification de l’eau, la régulation du climat et la biodiversité. Voici comment les MHH sont protégés :

Par le gouvernement 

Le gouvernement peut jouer un rôle crucial dans la protection des milieux humides et hydriques en mettant en place des lois environnementales et en créant des parcs ou des zones protégées. Un exemple concret dans la région est le parc national de la Pointe-Taillon. Ses sentiers contournent d’immenses tourbières et croisent plusieurs marais qui méritent d’être observés attentivement. Sa protection permet de préserver les caractéristiques uniques de l’environnement.

Par les organismes environnementaux 

La Route des milieux humides est un projet de l’OBV Lac-Saint-Jean en partenariat avec la Société de gestion environnemental (SGE) conseil régional de l’environnement et le conseil régional de l’environnement et du développement durable (CREDD), qui vise à sensibiliser la communauté à l’importance des MHH dans le bassin versant du lac Saint-Jean. Dans le cadre de ce projet, le CREDD organise des Bioblitz communautaires dans des milieux humides, ouverts à tous. Ces activités gratuites réunissent des experts et des citoyens de tous âges pour découvrir la biodiversité des milieux humides et encourager la protection des écosystèmes. Pour trouver les sites de la Route des milieux humides, veuillez-consulter la carte ci-dessous :

https://obvlsj.maps.arcgis.com/apps/Shortlist/index.html?appid=b9053e93cd674c4d9da3789b742997c3

Par les municipalités

Des mesures de conservation et de restauration sont en cours pour assurer la durabilité des MHH et pour bénéficier des nombreux avantages qu’ils fournissent. Les MRC de la région se sont dotées d’un outil de planification qui vise à intégrer la conservation des milieux humides et hydriques dans la planification du territoire : les Plans régionaux des milieux humides et hydriques (PRMHH). Les PRMHH identifient les actions nécessaires pour préserver et restaurer ces écosystèmes. Ils ont été élaborés en collaboration avec les différents acteurs du territoire et brossent le portrait des zones écologiquement précieuses, des menaces qui les guettent, et proposent des mesures concrètes pour atténuer les impacts négatifs des activités humaines. En utilisant les PRMHH comme guide, les municipalités peuvent prendre des décisions éclairées pour préserver ces trésors naturels pour les générations futures.

Par la communauté riveraine

En tant que citoyens, nous pouvons également contribuer à la protection des milieux humides et hydriques en adoptant des pratiques respectueuses de l’environnement, telles :

  • Végétalisez les rives pour prévenir l’érosion, réduire le ruissellement des nutriments et fournir un habitat essentiel pour la faune;
  • Opter pour les produits d’entretien ménager sans phosphore, car les évènements de surverse sont de plus en plus fréquents. Ce qui signifie que l’eau domestique démorde du réseau d’égout et se retrouve dans le milieu naturel sans avoir été filtré ;
  • Évitez l’utilisation d’engrais sur vos pelouses, car le ruissellement entraine ces engrais dans les plans d’eau et contribue au vieillissement prématuré des cours d’eau ;
  • Participez à des initiatives de restauration et de conservation.

On doit absolument réaliser l’importance des zones humides et agir pour les préserver. En unissant nos forces, nous pouvons garantir un avenir durable pour notre belle planète et pour les générations à venir.

[1] https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/patrimoine-naturel/conservation-canada-histoires-feu-camp/diversite-milieux-humides.html