Les résidus de bauxite

Bauxite

La valorisation des résidus de bauxite a été un enjeu important dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Un enjeu oublié qui a refait surface avec le projet d’un nouveau site d’entreposage des résidus pour l’usine Vaudreuil de Rio Tinto. La seule usine d’alumine au Canada alimente les cinq alumineries de la région, mais entasse depuis 1936 des millions de tonnes de résidus au cœur même de la ville de Saguenay. Jusqu’à maintenant, 100% des résidus de bauxite produite par Vaudreuil ont été enfouis.

Les sites de résidus de bauxites peuvent générer des impacts non négligeables sur le paysage, l’eau et les écosystèmes. Les résidus contiennent des concentrations relativement élevées en métaux lourds, notamment l’arsenic et possède un pH qui avoisine 13, donc très caustique.   

Le nouveau site de résidus de bauxites devrait être construit en plein cœur du centre de vélo de montagne Le Panoramique qui est situé à l’arrondissement Chicoutimi à Saguenay. Le choix du site a beaucoup été questionné de la part de la population, car l’analyse des différents scénarios a été réalisée en prenant compte des critères principalement économique et technique. Or, dans une approche de développement durable, les éléments environnementaux et sociaux doivent peser aussi lourd dans la prise de décisions que les considérations économiques ou techniques.

Il existe dans la région deux sites, dont un toujours en opération. La compagnie a pris l’engagement de restaurer ces sites de disposition au cours des prochaines années afin de diminuer son empreinte industrielle. Réduire l’enfouissement de ces résidus en favorisant l’approche des 3RV-E permettrait de stimuler l’économie tout en atténuant leurs impacts sur l’environnement.

Positions du CREDD

  

  

Positions du CREDD

Le CREDD a déposé un mémoire en date du 25 octobre 2016, nommé « Vaudreuil : Au-delà de 2022 ». Le CREDD a notamment fait des recommandations à Rio Tinto (RT) pour que le projet du nouveau site d’enfouissement soit plus acceptable au niveau de la protection de l'environnement dans une optique de développement durable.

Les recommandations :

  • Communication
    • RT devrait diffuser largement des résultats vulgarisés issus du programme de suivi auprès de la population au sujet de l’enfouissement
  • Gaz à effet de serres et changements climatiques
    • RT devrait prendre des mesures supplémentaires afin de réduire les émissions de GES par le transport des résidus de bauxite
  • Restauration des sites
    • RT devrait verser dans une fiducie la totalité des coûts estimés de la restauration du projet pour assurer la restauration
    • RT devrait expérimenter l’utilisation d’arbustes et d’autres types de végétaux pour restaurer les sites de résidus
    • RT devrait traiter la restauration du site de disposition de Laterrière comme un projet distinct et de ne pas le lier avec le projet actuellement étudié
  • Zone Tampon
    • RT devrait prendre des mesures concrètes d’aménagement et de planification afin de créer et de maintenir des habitats propices à la faune et la flore dans la zone tampon
    • RT devrait procéder à un véritable exercice d’identification et délimitation de la zone tampon, et ce, pour l’ensemble du complexe Jonquière
    • RT devrait réaliser un plan de conservation et de mise en valeur pour l’ensemble du périmètre
    • RT devrait s’assurer de la pérennité de la zone tampon en appliquant la meilleure option de conservation
  • Matières résiduelles
    • RT devrait mettre en place un plan de gestion des matières résiduelles avec des objectifs quantifiables et un plan d’action afin de limiter l’enfouissement des résidus de bauxite.
    • RT devrait mettre en place toutes les conditions nécessaires afin d’accentuer l’effort de recherche portant sur la valorisation des résidus de bauxite.